AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum en cour de refonte

 

 Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Newbie
Messages : 163
Date d'inscription : 19/04/2013




MessageSujet: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Ven 3 Jan - 7:51





Xaver Leonhard




Qui es-tu ?



    NOM : Leonhard PRÉNOM : XaverÂGE : 22 ansSEXE : MasculinSTATUT : Maître neutreORIENTATION SEXUELLE : PanMÉTIER : Romancier NATIONALITÉ : Allemand






Physique

Xaver est un homme dans la moyenne sous sa hauteur de 1m79. Son corps bien enlacé et aux traits bien fins lui donne l’aspect d’un être fragile qu’on peut briser entre nos mains. Qu’il suffit de presser avec force un de ses bras pour le casser… mais ce n’est qu’une impression. Bien que son corps est aussi blanc qu’un malade, il résiste à bien des coups. Cette enveloppe en a vécu des mésaventures qui l'ont renforcé au fil du temps bien que son apparence reste faible. Il est vrai que les nombreux bandages qui prônent son corps contredisent la force de son corps qu'on  juge de faible et maladive. Cependant, la présence de bandages n’est due que par l’occupant lui-même de ce corps qui par une pensée inexpliquée, torture son corps sous des blessures qui par moment laissent des traces dans son sillage. Un seul pansement dans cet art momifier ne se déplace pas de son lieu honorifique qu’est sur l’œil droit de son visage. Ce carré blanc garde une place importante et cache aux yeux des hommes l’horreur de son passé. Un œil qui ne vit plus dont le noir le submerge à jamais. Par chance, l’un des deux fut intact par le malheur du passé et fut dont  promu d’y voir tant de couleurs à travers sont iris mauve.

Et ainsi que pour protéger ce seul écran, des longs cils d’un violet gris restent aux gardes à vous. Au-dessus des grands cils s’y trouvent des sourcils fins où leur présence semble invisible par cette forte présence de cette chevelure violet gris resserrée par la protection d'un bandage. Aussi fine que de la soie, elle danse et caresse la peau blanche de l’être torturé tout en pansant l’œil perdu à jamais. Sa masse douce cache des oreilles qui sont ornées de bijoux argentés où celles-ci ne sont là que pour décorer lorsque l’occupant de ce corps les réclames. En dehors de cette masse, un visage allongé aux traits fins se dessine. Exposant à tous un nez quelque peu pointu prêt à guetter toute odeur dans les alentours et une bouche aux lèvres minces cherchant à goûter les parfums de la joie de la faim.

cette enveloppe s’expose un torse emprisonné par des rubans qui cachent la petite couleur rosée de ses mamelons ainsi ne troublant pas cette robe blanche qu’est sa peau. Plus bas, le ventre minci par le dur stress et le jeûne fait de lui une source d’admiration et de caresses lorsque ses hanches se présentent. Le bassin, lieu où se dresse sa masculinité cachée aux yeux de tous et qui n’est que dévoilée dans des moments propices. Ses jambes minces détiennent une grande force pour supporter les moments de faiblesse qu’impose le détenteur de ce corps en se laissant souffert des tortures physiques. Par la coopération de pieds très frileux, ce corps se maintenant debout et avance dans les périples de la société.

Xaver, romancier à l’âme blessée, ne peut que porter des habits sombres et dans des teints noir ou encore violet. Ne voulant qu’une chose, que la couleur de son âme se reflète à travers ses habits. Rien ne compte par la suite.





Mental

Xaver un romancier sombre et si difficile a déchiffrer. Comment savoir s’il vous adore ou vous méprise, son âme sombre telle que l’obscurité a perdu sa bonté du passé et sa joie de l’existence. Un poison consume son âme à petit feu. Ses flammes avides de son être font de lui un homme refermant ses douleurs. Ne trouvant pas le moyen de se sortir de cette atroce souffrance qui envahit son être, une envie irrésistible de venir acérer cette enveloppe l’obsède. Cette sensation de brûlure le long de sa chair où coule le liquide de la vie n’est qu’une méthode pour masquer la douleur de son cœur. Cette douleur physique plus forte que ses pensées le retire de ses idées noires pour enfin continuer d’avancer. La mutilation est la clé de secours de ses envies de disparaitre de ce monde. Dans les moments d’un stress incontrôlable à faire trembler son corps, la lame pointue contre sa chair, déchirant lentement sa peau pâle et lui arrache des cris étouffés de souffrances, le ramène au calme. Cette envie irrésistible de s’échapper par la souffrance n’est point comparable à ce que les gens appellent masochiste. La douleur ressentie sous chaque séance est une torture pour son esprit qui s’oblige à supporter la douleur. Rien n’est sain, tout est question de mal-être et d’une envie de fuir les maux.

Cette obsession apporte son lot de distance. Sauvagement attaqué par ses propres tortures dont lui seul est le bourreau, son corps meurtri se voit souffrir sous tout touché sur ses blessures présentes. Ne voulant souffrir plus, il se retire des autres pour s’enfermer et rejette tout contacte physique sans son autorisation. Cette crainte de découverte des pires tortures qu’il subit et de sa faiblesse le rend distant. Rien ne peut le toucher, seul un touché envers sa personne sans la moindre autorisation se verra recevoir un coup. La violence est le seul moyen de sauver son état d’âme et sa fierté. Un regard haineux aussi aiguisé que des lames de rasoir pénétra le regard de l’individu qui par courage aura touché à son enveloppe fragile. Qui tenteront de le toucher sans son invitation se verra accueilli de coups et d’un rejet froid tel que de la glace.

Aussi froid que le rejet, son caractère laisse perplexes les individus qui le croiseront. Xaver porte sur son visage un sourire oublié dans le passé, ses lèvres fines ne montrent plus le sourire doux et tant admiré. Elle reste gelée sur son visage dans une position où nul sourire n’a sa place. Pourtant, le sourire n’est pas oublié, elle est toujours ancrée dans ses souvenirs. Il apparait par moment, mais n’est qu’un sourire faux ou plein de moquerie froide dont ils sont forts installés depuis temps d’années. La flamme du bonheur s’est éteinte, mais au fond de lui, elle persiste à ne pas s’effacer à tout jamais. Elle attend, là, au fond de lui, celui ou celle qui lui redonnera sa force et sa douce chaleur qui apaiseront les maux de l’homme meurtri. La flamme attend et attend encore ce jour où la noirceur s’évapora sous sa lumière. Certes, cette flamme devient braise sous la puissance colère qui semble n’être que le seul sentiment puissant persistant dans son âme. Le pousse a crié les pires vérités aux individus qui auront attiré ses foudres. Ce sentiment si souvent exprimé librement fait de lui encore un être vivant. L’espoir de pouvoir le rendre plus vivant qu’avant. Oublier la douleur, la tristesse, la peur, la perte, l’oubli, toi sauve-le.
 
Xaver ne voit en un hybride qu’un animal, une bête a éduqué sous les punitions. Elle n’apprend que sous les coups et les récompenses aux bonnes actions. La bête doit le suivre, faire ce qu’il désire sans rechigner, une bête se doit d’être obéissante envers son maître. Rien n’est humain pour lui, l’animal en ces créatures en fait d’eux des animaux sans éducations. Les attacher, les traiter comme de vulgaires animaux est très important. Hélas, leurs ressembles a l’homme le rend perplexe, il laisse par moment cette bête, si elle est obéissante, ne serait-ce qu’un peu d’humanité et rien de plus. Mais, elles resteront des bêtes pour lui qui sous le refus de tout ordre recevront des coups à leur arracher des cris de douleur. Au fond de cet homme, seuls les humains sont égaux à lui et les hybrides restent aux pieds, ils ne sont qu’une race inférieure et le resteront.

Sous toutes ses coutures tourmentées dans la douleur, une brillance de magie reste intacte en lui. Cette brillance lui apporte le pouvoir de créer un univers fictif qui lui seul contrôle ce monde par sa plume donnant vie ses écrits. L’écrivain se connecte à son univers pour échapper à la réalité, il partage son rêve avec ses lecteurs pour enfin se connecter aux autres sans le moindre contact. Que ses rêves et illusions envahissent le monde sous son écrit. Racontant histoires qui furent pour lui, des rêves éternels.

Sous cette âme, mystère s'y cache. Seul celui dont la force de le connaitre s'aura ouvrir la porte de tous les autres mystères.



Histoire

*Commence à écrire dans un bouquin*
On dit que l’écriture apporte la joie à celui qui découvre chaque parcelle de l’âme de l’écrivain. Qu’il perçoit les sentiments à travers ses écrits ce qui le rapproche de l’auteur…
*Arrête d’écrire un instant, avant de déchirer la feuille et la chiffonner en boule pour la lancer sur le sol. Il recommence à écrire.*
Il est plutôt temps pour moi de partager mon histoire à ceux qui croient me connaitre à travers mon écriture. Leur faire part des obstacles que j’ai parcourus pour arriver à ce que je suis maintenant... Un auteur blessé dans l’âme.

L’histoire se déroule en Allemagne dans une rue sombre où un petit gamin marchait dans la rue en tenant serrées contre lui des ordures. Ses habits étaient imprégnés de saleté et déchirés en lambeaux. Son visage couvert de crases n’avait plus rien de mignon, la saleté sur sa peau écœurait toutes personnes aux alentours. On aurait dit que l’enfant représentait aux yeux de tous, un déchet de la société. Sans se soucier des regards pleins de mépris, l’enfant continuait son parcours entre les rues sales pour atteindre la maison. Une maison démunie de toit où vivait une mère avec un bébé. Le père n’était plus de ce monde, rongé dans la maladie et les mauvais traitements de la rue. Le gamin s’approchait de la mère souffrante pour lui tendre les ordures un peu potables, elle refusa toute nourriture en serrant le corps sans vie du bambin. Le gamin dut s’efforcer de manger ce qu’il avait apporté pour survivre en constatant que très bientôt, la mort allait chercher sa mère. Il accourait vers des planches humides qu’il escaladait pour enfin voir la ville de haut. Ses prunelles violettes observaient le ciel avant de clore les paupières pour se laisser bercer dans les rêves merveilleux. Tout était si beau dans les rêves qu’il désirait rester endormi à jamais, mais le soleil venait toujours à le réveiller de ses rayons chauds annonçant une nouvelle journée de misères. Il descendait des planches pour rejoindre sa mère, c’est alors qu’il constatait qu’elle était décédée dans la nuit. Des larmes silencieuses roulaient sur ses joues tandis qu’il couvrait les deux corps d’un drap poussiéreux en priant pour que leurs âmes vivent en paix. Il ne restait plus que lui.

Le gamin laissa la maison derrière lui, ne se trouvant accroché à plus rien, sa vie dépendait de lui seul. Il laissait donc les corps sans vie de sa famille pour atteindre les quartiers grouillant d’hommes. Tous profitaient abondamment de la nourriture dont certains les jetaient aux ordures n’y trouvant plus de place pour leurs estomacs. Le pauvre enfant mourant de faim sautait sur l’occasion pour dévorer la nourriture fraichement jetée dans les ordures. Il se goinfrait tel un roi devant un buffet qu’on présentait juste à lui. Cependant, son repas fut très vite dérangé par le gémissement d'une bête en quête de nourritures à se mettre sous la dent. La bête qui se présentait sous le regard violet du gamin était un berger allemand. Le pauvre animal était tellement maigre que ses côtes étaient fortement visibles. L’animal au triste état s’approchait de l’enfant, mais ce dernier lui lançait une boite de conserve sur le museau.

-Éloigne-toi! C’est mon butin et non le tien! Va voir ailleurs!

Le pauvre chien émit de nouveau des gémissements que le jeune garçon ne pouvait ignorer. Dans un soupire, il lui lançait un morceau de sandwich à moitié mangé. Ce geste lui coutait un repas pour la journée. Il observait l’animal manger avec envie, c’était lui qui aurait dû avoir ce morceau et non l’animal. Le chien bien heureux de ce repas bien maigre tentait de s’approcher du gamin, mais ce dernier prenait la fuite ne voulant pas avoir cette bête dans les pattes. Malheureusement pour lui, la bête courait après lui en jappant. La fatigue envahissait très vite le corps de l’enfant qui n’avait plus la force de courir. Il s’accotait contre un mur pour reprendre son souffle quand le chien s’approchait de lui pour lui lécher la main. Le gamin ne pouvait que se montrer vaincu face à l’obstination de la bête. Il déposait sa main contre le museau du pauvre animal.

-Je suis Xaver et toi?

Le chien tirait la langue en balançant sa queue de gauche à droite.

-Tu porteras le nom de Pickeur, car tu pick ma nourriture!

À partir de cet instant, Pickeur et Xaver étaient inséparables. Ils fouillaient ensemble dans les poubelles et dormaient ensemble. Xaver profitait chaque soir du pelage de son meilleur ami  qui en dégageait une douce chaleur comme quand il était dans les bras de sa mère. Une mince larme coulait sur sa joue, la vie était si dure, mais la présence de son meilleur ami le rendait heureux. Ils s’entraidaient et jouaient ensemble, les jours passaient  plus vite dans la bonne humeur. Cependant, tout bonheur a une fin. Un matin, Xaver se réveilla tout doucement en se frottant les yeux avant de remarquer que Pickeur n’était pas à ses côtés. Il criait le nom de son chien avec inquiétude, mais aucune réponse. Terrifié de se retrouver de nouveau seul, il quittait le lieu de repos pour rechercher son chien. C’est lors de sa recherche peu fructueuse qu’il fit la connaissance d'une femme se tenant tout près d'une maison. En apercevant le gamin terriblement sale, elle sentit une certaine pitié pour lui qu'elle voulut le sauver de cette misère. Elle lui attrapa le bras, l’empêchant ainsi de s’enfuir. Il rageait comme une bête et lui donnait des coups pour qu’elle le lâche. Il voulait retrouver son ami et non se faire enlever par une folle! La femme attirait donc l’enfant dans la maison et allait jusqu’à l’attacher en disant qu’elle faisait ceci pour son bien.  Xaver tirait sur les cordes, mais elles étaient trop serrées. Son assaillant appelait la police qui entrainait le pauvre enfant aussi enragé comme une bête dans un orphelinat.

Orphelinat représentait pour tous un lieu offrant une chance à ses enfants de recommencer une nouvelle vie, mais pour Xaver, c’était une vraie horreur. Il se renfermait sur lui-même et insultait tous adultes qui osaient s’approcher de lui. Il ne voulait pas vivre avec une nouvelle famille, c’était pour lui des intrus égoïstes, dont leur souhait était de remplacer les véritables parents. Ainsi, pouvoir avoir du contrôle sur ces enfants abandonnés. Personne ne pouvait remplacer sa mère morte. Ces femmes voulant l'adopter étaient des sorcières voulant le dévorer tout cru sous des règlements stupides et d'un amour artificiel. Cette pensée le poussait à envoyer promener les femmes en agissant comme un véritable chien. Il avait un peu appris ce comportement par son meilleur ami dont il ignorait où il se trouvait à ce moment même. La rage qu'il ressentait pour son meilleur ami qui l'a abandonné et la peine de ne plus l’avoir auprès de lui le rendait morose. Il restait à longueur de journée dans son coin à éviter tout contact avec les autres orphelins de cet orphelinat. Le seul moment où il était contraint de les côtoyer était lorsqu’on leur apprenait un peu l'écriture par un catholique. Le gamin à la chevelure violet ne connaissait rien de l’écriture et pourtant, il apprenait plus rapidement que les autres que certains gamins en étaient jaloux.  Cette jalousie développait de la haine chez les autres orphelins et ils cherchaient un moyen de se montrer plus fort que lui en le poussant et le traitant de bête puante. Tous savaient qu’il était un gamin des rues et son comportement ressemblait à celui d’un chien de quoi être la cible de plusieurs moqueries. Pourtant, Xaver ne se sentait pas menacé pour autant, il se laissait tout simplement faire jusqu’à ce qu’on l’énerve au plus haut point et que ses petites dents entrent dans leurs chairs.

Même si ces paroles étaient pleines de belles promesses, l’orphelinat ne laissait entrer aucune bête sous risque qu’elle soit envoyée à la fourrière. Xaver prenait donc la plus grande précaution à ce que la présence de la bête ne perturbe les autres orphelins. Il ne pouvait se permettre de perdre de nouveau son meilleur ami, lui seul qui le comprend. Il se contentait donc de voir Pickeur lors de toutes les sorties dans la cour où il ne faisait que parler et caresser l’animal du bout des doigts. Il était heureux que son meilleur ami restait derrière la clôture à l’attendre et lui offrait quelques coups de langue. Plusieurs orphelins l'observaient et parlaient dans son dos le trouvant bizarre. Cependant, la bête ne dérangeait personne... enfin une seule personne. Un beau matin, le gémissement aigu de son meilleur ami parvenant de la cour l’alertait! Il accourut rapidement dans la cour pour s'apercevoir que des gamins de l'orphelinat tiraient des roches vers Pickeur. Celui-ci en recevait dans le visage qu'il en gémissait de douleur, mais trop idiot pour prendre la fuite pour les éviter. Il ne voulait pas quitter sa place pour revoir Xaver. Il reconnut très vite l'assaillant de Pickeur, Ethan!

La rage montait en lui qu’il accourait déjà vers Ethan pour lui flanquer un coup derrière la tête. Ce geste rapporta l’attention d’Ethan sur Xaver qui ignorait cette fois-ci le chien pour se concentrer contre son nouvel adversaire. Les deux se battaient comme de vraies brutes que le tapage alerta une sœur qui vint accompagner d’une autre pour séparer les deux furies. La sœur supérieure les rejoignait en réclamant une explication à toute cette agitation. Ethan se donna à cœur joie de dénoncer que le problème était le chien de Xaver. Les yeux violets suppliaient la sœur supérieure d’épargner Pickeur. Malheureusement, les yeux tristes de Xaver n’avaient aucun effet sur le cœur froid de cette sœur. La sœur supérieure appelait la fourrière qui embarquait Pickeur dans une camionnette.

-PICKEUR! PICKEUR! NOOOOON!

Il se débattait dans l’espérance de se libérer des bras qui l’emprisonnaient. Des larmes coulaient à flots sur ses joues pendant que son meilleur ami disparaissait de sa vue.

-PICKEEEEEEUUUURRR!!

Les années passaient lentement depuis que Pickeur avait embarqué dans le camion de la fourrière. La scène de son chien le regardant avec des yeux suppliants le hantait. Cette souffrance intérieure le distançait plus avec les autres enfants et depuis cette scène, on le traitait de garçon aux chiens. Particulièrement Ethan, qui s’en donnait à cœur joie de le mettre en colère sous des moqueries de mauvais goût. Xaver détestait par-dessus tout Ethan qu’il ne retenait pas ses coups quand c’était de lui sa grande trappe. Leur guerre était des plus violente, ils réglaient toujours leurs comptes par des coups sans merci. Même que leur démonstration de haine faisait fuir les parents potentiels pour certains enfants. Cette querelle violente se perpétua pendant 2 ans. Xaver avait atteint ses 10 ans quand la pire bagarre avait éclaté. Il attendit que tout le monde se retrouve dans la cour pour sortir un couteau de sa poche. Un couteau qu’il avait volé de la cuisine de l’orphelinat et dont il pointait vers Ethan, désirant fort le voir disparaitre de cette planète depuis la disparition de Pickeur. Il essayait de rentrer la lame dans la chair de son adversaire sous les regards horrifiés des enfants et sœurs, mais Ethan était plus fort que lui et plus rapide que la lame s’enfonçait dans le vide. Une des sœurs appelait la police ayant trop peur d’être attaquée à son tour. Ayant remarqué que la police s’approchait avec le bruit des lumières, il accourut rapidement vers la clôture qu’il escalada le cœur battant. Il arriva à escalader la clôture et se mit immédiatement à courir dans les rues qu’ils connaissaient si bien. Il en avait plus qu’assez de cet orphelinat de malheur et de ces enfants qui lui pourrissaient la vie! Courir de nouveau dans les rues le rendait nostalgique. Le souvenir de Pickeur hantait ses esprits et les larmes coulaient de nouveau.

Plus jamais, plus jamais il ne voulait revivre ce moment. Serrant toujours le couteau entre ses mains, une idée de se retirer la vie lui était venue! La lame brillante l’attirait et semblait lui indiquer que la mort saurait le libérer des douleurs de cette vie seule. Il levait le couteau vers lui tout près de son cœur pour enfin le pénétrer dans l'organe qui le maintient dans ce monde. Soudain, comme un miracle, Pickeur se trouvait non loin de lui attaché à un poteau dans un jardin clôturé. Sa mauvaise humeur s'écroula rapidement pour y laisser un visage rempli de joie. Sans trop réfléchir aux conséquences, il brisa la serrure de la clôture à l'aide du couteau pour accourir vers Pickeur. Tout près du chien,  ce dernier montrait ses crocs vers Xaver en grognant, mais l'enfant ne fit pas attention et voulut  caresser le nez. Sans prévenir, les crocs de Pickeur pénétraient dans la chair de sa main, faisant couler le sang. Le gamin cria sur le coup de la douleur et tentait de se dégager, mais très vite, le chien lâcha sa main pour s'attaquer au visage de son ancien meilleur ami. Les crocs couverts de sang se logeaient dans son oeil droit lui arrachant un cri déchirant. Son visage lui brulait si intensément qu'il commençait à donner des coups de poing à la bête allant échapper le couteau lors de la surprise. Les cris éveillaient tout de suite plusieurs personnes, surtout un policier qui accourut vers les cris. En apercevant que le chien tentait de tuer le gamin, il lui logea une balle dans la tête et la sauvagerie prit tout de suite fin. Le corps inerte du chien s'écroulait sur le corps tremblant du gamin couvert de sang. Le temps semblait se figer devant l’œil valide de Xaver, Pickeur était mort sous ses yeux et l’avait attaqué sauvagement… était-il vraiment devenu un poids pour tout le monde? Un hurlement de douleur mêlée à de la tristesse sortait de ses lèvres pendant que ses larmes se mêlaient au sang, la suite devient noir.  

Xaver fut vite transporté aux urgences où les médecins arrêtaient l’hémorragie de son œil droit qui était perdu à jamais. Il dut le retirer complètement pour ainsi qu’il n’infecte pas le garçon. Il était dévoué à vivre à jamais avec un seul œil valide. L’hôpital avertissait l’orphelinat que le gamin devrait rester quelques jours à l’hôpital. Cet établissement le rendit malade qu’il essayait plusieurs fois de se retirer la vie, mais les infirmières le contrôlait et lui retiraient tout accessoire coupant. Ne pouvant plus se tuer, il commença à se mutiler pour enfin se torturer physique, mais comme toujours on l’arrêta. Il n’était plus question de lui donner un crayon pointu, il enfonçait le crayon dans sa main. Elles optaient donc pour lui donner des calmants et lui passer quelque feuille de papier avec un crayon de cire. Il ne voyait pas quoi en faire étant très nul en dessin. Il passait donc sa longueur de journée à regarder la fenêtre de son œil valide en se souvenant des bons moments avec son meilleur ami... ou plutôt son chien. C’était bien les seuls souvenirs qu’il pouvait s’accrocher.  En se souvenant de tout ceci, une idée d’écrire une histoire merveilleuse entre un chien et un homme lui vint. Il agrippa la feuille et le crayon de cire qu’il utilisa pour enfin écrire son histoire. Une histoire que lui-même avait inventé et était bien plus belle que la réalité.

Un jour, un certain homme qui avait été opéré par un problème physique aperçut Xaver qui écrivait rapidement sur une feuille. À voir les mouvements que faisait le gamin, il se doutait que c’était loin d’être un gribouillage. Par la curiosité, il s’approchait de l’enfant où il vit que c’était des tonnes de feuilles pleines d’écrire.

-Pardon jeune garçon, mais pourrais-je jeter un petit coup d’œil à tes écrits?

-Faites comme bon vous semble.

Sans en redemander plus, l’homme regardait l’écrit du gamin et en découvrit une histoire des plus touchantes. Il posa sa main contre l’épaule du gamin et lui offrait son plus beau sourire.

-Tes écrits sont si beaux, bien qu’ils faudraient qu’on travaille un peu ton écriture, tu as le potentiel pour devenir auteur. Je voudrais que tu écrives pour mon édition et en échanges, tu auras une maison où vivre.

Le jeune garçon qui n’avait plus rien à perdre accepta la proposition. L’homme adopta donc le garçon qui porta maintenant son nom Leonhard. Même si les papiers d’adoption indiquaient comme quoi cet homme était le père de Xaver, Xaver le considéra comme son père et jamais l’homme considéra le gamin comme son fils. Tout était question de relation professionnelle entre son éditeur et un futur romancier. Xaver vécut toute sa vie avec l’éditeur qui l’aida à perfectionner son écriture. Très vite, il devient un auteur célèbre dont les romans touchaient bien des cœurs. Il vivait dès maintenant que pour son écriture et rien d’autre. Quand Xaver atteint l’âge de 21 ans, ils décidaient de quitter l’Allemagne étant donné que le jeune homme voulait respirer un nouvel air que celui de l’Allemagne. Il passa donc 1 an au Japon avec son éditeur et ainsi apprit la langue à la même occasion. Son éditeur ne pouvait pas se permettre de perdre ce prodige en roman. Lorsque l’année fut écoulée, Xaver voulait cette fois aller sur l’île Neko no Shima, le lieu où vivaient des êtres sortis presque de l’imaginaire. Son éditeur aussi curieux fit ses bagages pour l’accompagner. C’est ainsi qu’il déménagea à Neko no Shina dans l’espoir que ce lieu l’inspire pour ses nouvelles histoires.

*S’arrête d’écrire et déchire la feuille avant de la jeter à la poubelle*

-Ça ne sert à rien…

FIN




Votre définition d'un hybride

Les hybrides ne sont que des bêtes. Pour être sûr qu’il reste avec vous, il vous faut les dresser comme tous animaux de compagnies. À quoi bon les considérer comme des humains ou des amis s’ils ne font qu’un avec un animal? Leur place en ce monde est d’être des bêtes sages qui suivent les ordres de leur maître.







Et derrière l'écran ?


    PSEUDO : NanaÂGE : 20 ansCOMMENT T'ES ARRIVE LA ? AVIS SUR LE FORUM : Depuis fort longtemps! J'ai été guidé par ces membres si merveilleux








Code by (c) Dey


Dernière édition par Xaver Leonhard le Sam 18 Jan - 7:22, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 21
Date d'inscription : 31/12/2013
Age : 20




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Ven 3 Jan - 9:15

Oh ! Bienvenue - j'adore le perso de ton avatar mais j'sais plus son prénom .. !

Oh une autre Nana ! J'me sens moins seule *w*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 163
Date d'inscription : 19/04/2013




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Ven 3 Jan - 18:37

Le perso est Taito et merci pour le bienvenue.

_________________



Ne regarde pas
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 64
Date d'inscription : 20/10/2013




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Sam 4 Jan - 8:16

Dois-je dire "bienvenue" ou "re-bienvenue" ? xD
Quoi qu'il en soit tu es là ! Salutation Nouveau maître ! /o/
Moi venir en ami //MUR//
Courage pour finir ta fiche !
Puis-je me mettre de dire que la musique dans ta fiche, c'est... trop coooooooool !

_________________
hum ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 163
Date d'inscription : 19/04/2013




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Dim 5 Jan - 8:18

Rebienvenue plutôt et je dois te dire que j'adore tes smiley *^*
J'ai fini le physique, j'avance petit à petit 8D

_________________



Ne regarde pas
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 388
Date d'inscription : 25/10/2011
Age : 22
Localisation : Je suis partout !




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Dim 5 Jan - 16:23

Re bienvenue parmi nous très chère administratrice 8D.

Bonne chance pour la suite de ta fiche ^^

_________________


Mes paroles = [color=#996600]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 163
Date d'inscription : 19/04/2013




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Ven 10 Jan - 3:55

Merci, je préviens tout autant que ma fiche va prendre plus de temps que prévu. Je suis très occupé cette semaine que j'ai peu le temps pour la continuer. Mais je vais tenter de la finir le plus rapidement possible.

_________________



Ne regarde pas
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Ven 10 Jan - 23:39

Re-Bienvenue my Dear~
A croquer ce petit maître~ J'en ferais bien mon goûter~
Revenir en haut Aller en bas
Newbie
Messages : 163
Date d'inscription : 19/04/2013




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Sam 18 Jan - 7:31

Keikoku: Pas touche è.é

Après des millénaires passés, voilà que la fiche est finie!
Je laisse le plaisir à Ryu de vérifier ma fiche avant toute autre admin. Car il aime les grosses et longues fiches <3 /SORS/
Je veux qu’il soit le premier à juger! Peux bien faire ceci à son admin favoris

_________________



Ne regarde pas
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 41
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 22




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Dim 19 Jan - 8:14

Hahaha, j'immerge pas encore, mais je finis de te lire

Physique & Moral (je l'avais déjà vu hier, mai osef) :

Un ténébreux torturé aimant se faire du mal, hein ? Pas mal du tout, j'aime bien. J'ai pas vu grand chose de flagrant, et ton ortho' me semble correct (rien m'a piqué les yeux quoi 8D) Les longues descriptions sont tout aussi bien que les courtes, et j'ai bien apprécié les tiennes. Hâte de voir ce que cache le petit Xaver plus tard, puisqu'il semble garder des parts de mystère !

Histoire ;

Bon, voila le gros steack. Enfin pas si gros au final, mais je lis assez vite moi 8D *fier* Donc, j'ai bien aimé... Xaver a vraiment eut de la chance que l'homme qui l'adopta plus tard passe voir ses écrits ... ! Enfin, la vie est étonnante !
Pour les termes du contrat//PAN// j'ai pas vu de fautes d'ortho' encore. T'es un bon toi, même si il y a surement des petites fautes qui m'ont passé sous le nez, rien de très choquant, même pas du tout ! (Le pauvre, donnez à cet homme un bon chien.)

Je... Pré-valide ? Ben oui, même si tu connais le protocole. 8D

_________________




BOUYAH:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 57
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 22
Localisation : Google Map.




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Dim 19 Jan - 22:12

Après lecture, j'approuve Ryuryu, j'ai pas grand chose à redire. :3

Donc en somme, j'accepte la pré-validation de Ryuryu et j'te valide.

Même si t'es admins, oublie pas. Recensement de vava, demande d'habitation & d'hybride. <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.   Aujourd'hui à 5:04

Revenir en haut Aller en bas
 

Mon âme se trouve dans les pages... les pages de mes histoires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On trouve, dans le désert, une part de la flamme qui l'habite [ Pv Wrath ]
» RNDDH mande ankete senatè C. Gilles, J. Jean, R. Heriveau pou konbinn lwa dijans
» Créatures rares et nommés - Ered Luyn
» Abheleim ou Saphan et Sonak?
» Le poison se trouve dans la queue. [Wolfgang/Hanskarl]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko no Shima :: 
Les Archives
 :: Archives :: Présentations refusées
-