AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum en cour de refonte

 

 Aozaki Makihisa, chercheur [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Newbie
Messages : 22
Date d'inscription : 02/07/2013
Age : 27
Localisation : Dans mon labo.




MessageSujet: Aozaki Makihisa, chercheur [100%]   Jeu 11 Juil - 16:28



Makihisa Aozaki




Qui es-tu ?



    NOM : Aozaki
    PRÉNOM : Makihisa
    ÂGE : 25 ans
    SEXE : Masculin
    STATUT : Maître odieux, je pense
    ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle
    MÉTIER : Vétérinaire/Chercheur
    NATIONALITÉ : Japonaise






Physique

Je dois me décrire? Vraiment? Vous devriez d'avantage utiliser les sens que vous ont confiés mère nature! Ou votre mère tout court! Même si ça revient au même! M'enfin, soit. Physiquement, j'ai l'air d'un scientifique ultra-lambda, c'est-à-dire un type en blouse de laboratoire avec des lunettes carrés et les cheveux en bataille. Certains essaient d'échapper à leurs origines en utilisant des lentilles de contact et en cherchant la dernière coiffure à la mode tous les trente-six du mois, mais ça sers à rien, c'est débile: on ne peut pas renier ce qu'on est réellement: des chercheurs fous, des rats de laboratoire sur qui tout le monde mise et qui sont oubliés dès la première trouvaille au profit de l'entreprise concernée. L'ouvrier construit, achève, mais c'est le roi qui empoche la gloire. Grand classique. Donc s'occuper de son apparence, très peu pour moi. En plus, les coiffeurs et les lentilles de contact, ça revient cher.

Je ne suis pas spécialement grand, un mètre soixante-dix-huit, et pas spécialement musclé. Je fais tellement peu de sport que j'aurai pu prendre du ventre, mais comme je mange peu, on ne peut pas dire que je grossit. Le boulot avant tout. Disons que ma taille dissimule le fait que je sois pas très épais, après tout, c'est surtout dans ma cervelle que ça travaille, que ça fourmille, que ça œuvre. Cette bonne vieille matière grise (et blanche), c'est ma plus grand force, celle grâce à laquelle je vaincrais tous les obstacles et dominerait le monde. Parlons de mon visage, bien qu'il soit plutôt banal par rapport au reste. La forme de mon visage est masculine, ça c'est normal, avec des traits marqués. Mes yeux sont de couleur rouge, mes cheveux de couleur blanche, pour des raisons pathologiques héréditaires évidentes que je ne dévoilerais pas. Pour les vêtements, je reste simple: chemise, cravate de circonstance, blouse de laboratoire jamais propre bien longtemps, café dans la main gauche, rapport écrit dans la main droite.

J'ai d'autres caractéristiques physiques secondaires, comme une cicatrice sur le torse, mais non, je ne l'ai pas obtenue en me battant contre un caïd de quartier ou un doberman. Juste une petite opération du poumon étant gosse. Après tout, on peut pas naître parfait, hein? Par ailleurs, je suis un ancien fumeur qui se soigne à coup de sucettes... et qui recommence à fumer à la première occasion.




Mental

Je vis pour la science. Mais la science ne m'a jamais vraiment fait vivre. Bref, vous l'aurez compris, j'aime apprendre des choses. Découvrir des choses. Obtenir des choses. J'ai une curiosité à toute épreuve, et je peux passer des heures à observer un truc inhabituel ou à questionner quelqu'un sur un sujet intriguant. Je créer, je développe, j'étudie, et j'observe sans cesse. Le perfectionnisme et une franche détermination sont mes meilleures qualités. Je ne compte plus les heures passées à étudier, analyser des cobayes, des sujets d'expériences, des éléments microscopiques. Je le fais avec un professionnalisme effrayant, de dehors de toute considération inutile ou émotion de trop. Ce que je veux dire, c'est que je ne vais pas pleurer la mort d'un rat que je dissèque. Tout comme cela ne signifie pas que je le fais par cruauté: je le fais pour comprendre, observer les modifications, les symptômes, les anomalies, tout ce qui pourrait constituer une avancée dans mes travaux scientifiques. De petits sacrifices sont parfois utiles pour le bien de la science, et donc, pour le bien de l'humanité.

Sinon, je suis un humain comme les autres. Égoïste, sympathique mais sans plus, légèrement mégalomane et passablement paranoïaque. Je peux bavarder un peu sans problèmes avec une personne rencontrée au hasard, mais je n'aime pas beaucoup parler de mes expériences. 'Ils' ne doivent pas savoir. Je me laisse aller à l'extravagance un peu trop souvent à mon goût, ce qui m'attire des regards intrigués et/ou effrayés. Je ne suis pas fou, je suis juste un peu spécial dans mon genre. Disons que j'ai un caractère étriqué, honnête, mais déformé professionnellement parlant. Donc avec les humains, disons que je suis une personne comme une autre, à quelques détails près. Après, avec les hybrides... Je vous invite à lire le passage dédié en dessous de l'histoire. Na.



Histoire

En des temps innomables, à tel point que même moi je m'en souviens plus, est né un garçon. Avec ma bouille mignonne et mon air trognon, je fut fatalement baptisé d'un prénom tout à fait adapté, et super-long. Pur japonais de souche, de parents japonais, la seule chose qui me différençiait du bébé lambda, c'était ma maladie héréditaire. Un petit coup d'albinisme et voila qu'on devenait le vilain petit canard de la bande. Ou le yankee, comme disait les infirmières, en riant. Ces garces ignoraient, dans leur blagues à peine amusantes, que les albinos avaient une espérance de vie réduite à cause de leur corps fragile et très exposé aux cancers et autres maladies mortelles. Avoir les cheveux blancs, ça donne pas la classe, ça fait moche. Et avoir les yeux rouges, ça fascine pas, ça fait peur. On a beau lire des histoires de vampires qui sont trop beaux et trop envoutants avec leurs yeux rouges, dans la réalité, c'est pas pareil. Ben merde alors. Je comprends mieux pourquoi on brulait les personnes souffrant d'albinisme au moyen-âge.

Ça, je l'ai surtout appris lorsque j'ai grandis, au fil de mon enfance, de mon adolescence. C'était pas très drôle d'être une exception dans un tas d'individus, d'autant que j'étais tout aussi banal que ceux qui se moquaient. Mais eux-mêmes ne s'en rendaient pas compte. Socialement j'étais quand même pas à la ramasse, j'avais des amis proches, fiables, notamment Watanabe que j’appelais 'Monsieur' tellement son prénom était commun. C'était comme appeler un chat 'Félix' ou un chien 'Sam', merci les parents. Moi ce n'était pas mieux, parce que Makihisa, c'était trop long, alors c'était devenu 'Maki', ou 'Hisa', entre autres variantes.

Après les gamineries arrivait le sérieux des études. Et les premiers amours, mais ça c'était secondaire. Avec Watanabe, j'étais en tête des classes et tout cela a duré tout le long de nos scolarités successives. De l'école primaire au lycée d'enseignement supérieur, nous avons toujours étés dans les premiers. Enfin, lui était devant moi, toujours. On battait nos congénères humains non pas par le muscle donc, mais par notre cervelle. Et c'était cette cervelle qui allait devenir notre arme principale pour, l'espérait-on fortement, changer la face du monde. Avec nos beaux diplômes et nos recommandations, il ne fut pas dur d'entrer dans un bon laboratoire de recherche gouvernemental, bien équipé. Nos spécialités à moi et à Watanabe, c'était l'étude des pathologies et autres maladies, leur influence sur l'organisme humain ou animal, et le moyen de les contrer. Tout un programme.

Mais nos moyens étaient limités, et nous étions bridés, ne pouvant mener nos recherches correctement, à notre façon. Nous sommes donc partis, pour ensuite travailler ensemble, en espérant un jour que nos recherches dévoilées seraient d'importance capitale. Oui, cela peut sembler un peu pompeux, dit de cette façon, mais c'était ceux à quoi on croyait. Pour mener à bien objectifs et projets, Watanabe avait une idée derrière la tête: aller à Neko no Shima, l'île de tous les tabous. Un endroit qu'il n'aimait pas vraiment mais qui ouvrait le champ libre à toutes les expériences les plus folles et les plus... extrêmes. S'installer là-bas n'était pas difficile, lui exerçait le métier de docteur en parallèle, et moi de vétérinaire. Même si la plupart du temps, je devais soigner en plus des hybrides, leurs propriétaires cherchant la petite économie.

Les hybrides... Depuis que j'ai appris leur existence, je ne sais quoi en penser. C'était un interdit qui avait été franchit par l'espèce humaine, alors pouvait-on dire que son existence même était éthique? Morale? Pour Watanabe, la réponse était 'On s'en fout'. De précieux sujets d'expériences, qui étaient dans un flou juridique, et que l'on pouvait utiliser et jeter à notre guise. Au même titre qu'un rat ou une souris. Il était vrai que leur organisme était au plus proche des humains, ce qui les rendaient très intéressants mais j'avais quand même du mal à considérer ces êtres doués d'intelligence comme de vulgaires futurs sujets de recherche. Mon ami n'avait lui, pas hésité une seule seconde, c'était ce qui nous différenciait lui et moi: il était jusqu'au-boutiste, alors que moi j'essayais d’œuvrer de façon à m'imposer certaines limites... et à ne pas les dépasser.

La première fois fut rude. J'avais vraiment l'impression d'avoir un humain en face de moi, un humain qui priait pour sa vie, qui suppliait. Après, c'est comme tout: on se lasse, on s'habitue. On découvre des choses, on apprends, on analyse, et on a envie d'en apprendre d'avantage. C'était un cercle vicieux, mais qui permettait certains accomplissements qu'il aurait été impossible à faire sans ces hybrides. Et puis, ce n'était pas comme si c'était on étaient des sadiques, on faisait juste ce qui était nécessaire à nos recherches. Mais tout comme les rats ou les souris, certains sujets d'expériences perdaient fatalement la vie, et c'était toujours Watanabe qui en endossait la responsabilité. D'ailleurs, on faisait tout dans son appartement, qui était bien équipé, il fallait l'avouer. Pour autant, j'avais mon propre matériel pour mener mes travaux à ma façon, notamment pour des choses plus simples comme les cultures, les stérilisations... Du moins jusqu'à ce qu'il finisse en prison.

Arrêté pour enlèvement, il voulait, tant qu'à aller au bout de ses recherches, utiliser un véritable être humain. Son obsession pour la recherche, son impulsivité, l'avait mené là où il n'aurait jamais dû aller. Étrangement, cette 'séparation' ne m'affligeait pas plus que cela. Je pouvais reprendre ses travaux, et les continuer à ma façon, d'autant que j'en avais des copies. Par contre, je devais remodeler mon appartement, et acheter à mon tour des hybrides. Le plus tôt allait être le mieux, la science n'attendait pas, après tout.



Votre définition d'un hybride

Un hybride, c'est pratique quand on cherche un cobaye pas cher. Plutôt que de s'en servir comme esclave sexuel, c'est plus utile de s'en servir pour des recherches non? Et en plus ça fait avancer l'humanité. Joie.






Et derrière l'écran ?


    PSEUDO : Djow.
    ÂGE : 24.
    COMMENT T'ES ARRIVE LA ? Top-Site.
    AVIS SUR LE FORUM : Simple à comprendre, ça me va.








Code by (c) Dey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 21
Date d'inscription : 20/06/2013




MessageSujet: Re: Aozaki Makihisa, chercheur [100%]   Jeu 11 Juil - 16:46

c'est qui le monsieur sur l'avatar ? il est trop mignon ! bienvenus soit dit en passant ! I love you 

_________________

 Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains,
transforme-les en caresses.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 60
Date d'inscription : 29/05/2013




MessageSujet: Re: Aozaki Makihisa, chercheur [100%]   Jeu 11 Juil - 19:15

Bienvenu monsieur le scientifique fou 8D
Touche pas mon corps ou je te découpe en rondelle !

sinon bah amuse-toi bien sur le forum~ et avec les chers hybrides à ta portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 91
Date d'inscription : 25/09/2012
Age : 23




MessageSujet: Re: Aozaki Makihisa, chercheur [100%]   Jeu 11 Juil - 19:54

Hum.
Rien à redire mon cher scientifique, mais j'espère que tu resteras sage, si tu tien à ce que je t'achète quelconques trucs !
Si tu veux des cobayes, j'ai d'ailleurs un hybride sur qui tu pourras faire des testes. ♥
Bref, je te valide, sexy petit albinos. ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monsterhunter.goodforum.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aozaki Makihisa, chercheur [100%]   Aujourd'hui à 17:31

Revenir en haut Aller en bas
 

Aozaki Makihisa, chercheur [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chercheur recherché cherche joueur pour rp
» La Grotte du Chasseur
» Un Haitien sur la Lune
» Joe Python - Civilian - Chercheur d'equipement dans la cohorte
» L'héritière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko no Shima :: 
Les Archives
 :: Archives :: Présentations refusées
-