AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum en cour de refonte

 

 ALEKSI ∞ dancing 'till dawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Newbie
Messages : 15
Date d'inscription : 06/06/2013




MessageSujet: ALEKSI ∞ dancing 'till dawn   Jeu 6 Juin - 16:07



Aleksi Leif Nichoevich




Qui es-tu ?


    NOM : Nichoevich
    PRÉNOMS : Aleksi Leif Arseni
    ÂGE : Dix-neuf ans
    SEXE : Masculin
    STATUT : Maitre chaleureux
    ORIENTATION SEXUELLE : Gay
    MÉTIER : Stripteaseur
    NATIONALITÉ : Russe





Physique

T’es mignon Aleksi, tu le sais ça ? Enfin.. D’un côté, je ne suis pas objectif hein. On partage le même génome après tout. Non, franchement t’es mignon. Plus même, tu es sexy. Ouais parce que je suis sexy et mignon alors tu l’es aussi hein. Non franchement, on est pas mal avec notre mètre soixante-dix-huit et notre poids. Je crois que t’es un peu plus mince –maigre ? – que moi d’ailleurs, mais t’y peux pas grand-chose, c’est ta santé après tout. On est un peu du genre des stéréotypes russes. Blonds aux yeux bleus. Comme maman en fait. Quoi que.. Tu es un peu plus blond que moi ; je ne sais pas si c’est vrai ou si ce n’est qu’un effet de lumière, mais beaucoup de personnes nous ont déjà fait cette remarque. J’ai beau nous trouver très bien ainsi, à nous ressembler au point de pouvoir échanger nos places et tromper tout le monde, toi, tu préfères faire en sorte d’entretenir une certaine différence. Je parle de tes lentilles colorées, et tu le sais. Je ne les ai jamais aimées, sérieux. On a hérité de beaux yeux aux reflets des lapis lazulis, les pierres préférées de maman, et toi tu les caches avec des lentilles tantôt ocres, tantôt aux reflets dorés. Je ne te comprends pas, mais je ne t’en veux pas pour ça. Dans la même optique de l’entretien de nos différences, tu t’es fait percer les oreilles à seize ans et tu t’es fait tatouer un an plus tard : un petit oméga, signe de l’infini, que nous avons en commun sur le poignet et un carpe diem sur l’intérieur du bras, qui n’est propre qu’à toi. Tu as beau être un peu trop mince pour moi, la danse t’a forgé un corps finement musclé, mais moins que le mien, aidé par le hockey ; mais au final, ça te va bien. Je ne te vois pas plus musclé en fait. Ca serait.. étrange ?

« Si tu savais ce que je fais de ma formation en danse.. »



Mental

J’aime nous considérer comme le yin et le yang. C’est un peu ce qu’on est au final. Enfin.. au premier coup d’œil en tout cas. Tu as cet air de gamin innocent à qui on s’attache malgré nous. Tu es ce gamin innocent d’ailleurs. Ca me plait de voir que tu sembles gêné parce que quelqu’un te raconte sa soirée mouvementée ou parce qu’on te complimente sur ton physique. On a l’impression que tu n’as pas confiance en toi en fait, c’en est mignon. T’es un mec calme aussi. Tu ne t’énerves jamais ; à la limite tu te vexes, affiches une moue de gamin mécontent qui donne envie de te tirer les joues et voilà. Il semblerait que ça soit moi qui ais récupéré l’impulsivité de maman. Et toi son intelligence. Parce que oui, t’es intelligent. Je pense que tu aurais pu faire de longues études si tu l’avais voulu. Si tu l’avais pu ? Je sais bien que tu as des problèmes de mémoire, qu’il t’arrive d’oublier des choses comme certains visages, certaines choses de la journée, d’autres trucs plus importants aussi : là où tu ranges tes verres, de manger le soir aussi, mais je suis sûr que tu aurais été doué pour les études. Tu parais aussi comme quelqu’un de sensible, je dirais même quelqu’un de faible et qu’on a envie de protéger. Pourtant, tu es tout sauf faible. Tu es sensible, c’est un fait, mais c’est toi qui as le mieux pris l’annonce de ta maladie ; c’est toi qui m’as aidé à surmonter tout ça. C’est même toi qui m’as poussé à partir en Allemagne pour suivre mon rêve. Alors je ne peux pas dire que tu sois faible.

Après, je sais que tu n’es pas que comme ça. On a beau être jumeaux, on a chacun notre jardin secret. Je t’imagine bien dans le genre provocant. N’y vois pas d’allusions sexuelles Aleksi hein, ne rougis pas en lisant ça surtout. Non, je vois juste ton côté joueur poussé plus à l’extrême. Gamin c’était le cas, tu poussais les gens à bout pour une raison ou pour une autre, alors pourquoi ce trait de caractère ne serait pas revenu avec ton emménagement seul ? Je te vois bien manipulateur aussi. T’as une bouille d’ange, je suis sûr que tu t’en sers aujourd’hui. En fait, j’ai juste envie qu’on se ressemble encore. Comme quand on était gamin.

« En fait, je te ressemble plus que ça.. Je suis devenu le gamin chiant que tu étais avant.. »


Histoire

Petropavlovsk-Kamtchatski, lundi 24 novembre.

- Monsieur Nichoevich, suite à votre accident et à votre incapacité à suivre notre cursus, nous avons tenu à vous aider à percer dans le milieu. C’est pourquoi, nous vous offrons un poste d’assistant chorégraphe à l’académie.
- Je.. C’est gentil, mais non. Je n’ai pas besoin de votre pitié madame.

J’avais quitté la salle de répétition rapidement sans jeter un regard derrière moi, trop occupé à me demander quand ma vie avait dérapé à ce point. J'avais dévoué ma vie à cette passion, je me voyais devenir danseur étoile ou danseur professionnel en tout cas ; et là, je venais de refuser la meilleure offre que l'on pouvait me faire. Je savais que mon projet professionnel était presque utopique pour moi et ma santé fragile, je savais que cette offre était en or, pourtant, je savais aussi ce qu’elle dissimulait : un poste sans aucune importance, à la limite j’aurais à montrer quelques pas et à apporter des cafés au chorégraphe. N’importe quoi.
C'est ainsi que tout a commencé. Non.. En fait, je pense que mes problèmes ont commencé bien plus tôt. Une douzaine d'années avant pour être plus précis. Peut-être même que dès ma naissance, je n’ai pas eu de chance. Je ne sais pas trop. Je sais juste que les médecins de l’hôpital de Petropavlovsk-Kamtchatski, où on est né, ont annoncé à mes parents que l’état de santé des jumeaux – donc moi et mon frère – était stable, bien que l’un d’eux était plus faible. Comme par hasard, j’étais ce jumeau. Mais à la limite, tout allait bien : j’avais quelques centimètres de moins, quelques grammes de moins aussi, mais je n’avais aucune grande difficulté. Aucun retard mental, rien. On a tous les deux grandi de la manière la plus normale qui soit pour des jumeaux : on est allé à l’école ensemble, on a commencé le sport ensemble. On était fusionnel en fait, et on l’est toujours, même si des milliers de kilomètres nous séparent à présent.

Sept ans. On m’a diagnostiqué une anémie. Rien de très grave, soit, mais la carence en fer dont je suis sujet entraine de la fatigue et des vertiges ; ce qui m’a poussé à me calmer dans le sport. Au revoir le hockey, bonjour la danse. Ma mère était plus rassurée ainsi : je ne risquais plus de me briser un os à chaque match, mon frère ne risquait plus la même chose en voulant me défendre. Que demander de mieux ? Enfin bref. Je me souviens avoir choisi la danse de moi-même, après avoir vu un spectacle chorégraphié par Mikhaïl Barychnikov. C’était ma mère – une ancienne danseuse ayant était sous les ordres du chorégraphe – qui m’y avait emmené. Malgré notre différence dans le sport, Roman et moi étions toujours aussi fusionnels : j’allais l’encourager quand je le pouvais, il en faisait de même. Et puis, la vie a suivi son cours, encore une fois.

C’est à l’adolescence que nous avons commencé à nous différencier avec Roman, ou plutôt que j’ai commencé à me différencier de lui. Nous suivions le même cursus scolaire, nous avions les mêmes amis à l’exception de quelques personnes qui ne pratiquaient pas la danse, ou le hockey sur glace, nous avions les mêmes goûts pour tout. Quoi que.. Une chose nous avait toujours séparés sans que nous nous en rendions compte : j’aime les hommes, lui les femmes. En tout cas, c’est ce qu’il laissait paraitre. A présent, on ne se parle plus aussi souvent, alors vous devez vous douter que je me contrefiche de savoir qui il met dans son lit ou non. Le problème avec l’adolescence – ou plutôt l’âge bête – c’est qu’on cherche ses limites. Et moi j’ai cherché les miennes, au dépend de mon jumeau. Je crois que l’année de nos quinze ans a été la pire pour notre relation.

- T’es sûr que Roman ne dira rien ?.. me demanda Yuri, le meilleur ami de mon jumeau
- Il le saura pas, t’inquiète.,lui répondis-je avant d’aller l’embrasser une nouvelle fois.

On sortait ensemble depuis deux petits mois, mais sans se montrer. Je savais que mon père n’accepterait jamais que je fasse ma vie avec un homme, ou pire, qu’il ne me vire de chez nous. Je me doutais aussi que Roman n’accepterait jamais ma relation avec Yuri alors autant ne pas tenter le diable. Le problème ce jour-là, cela avait été ma confiance trop grande dans les horaires fixes de tout le monde. Je savais que Roman ne rentrerait qu’à dix-neuf heures, comme mon père. Ma mère, elle devait travailler de nuit à l’hôpital ; alors j’avais la maison pour trois heures. Contrairement à toutes mes attentes, Roman était entré dans ma chambre en râlant contre son entraineur qui avait annulé l’entrainement de l’équipe et contre Yuri qui ne répondait pas à ses appels et à ses messages. Je vous laisse deviner son étonnement quand il s’est retrouvé face à son meilleur ami à moitié nu. S’en était suivie une crise de jalousie, de colère, etc. durant laquelle Yuri avait pris la fuite pour ne pas s’attirer la fureur de mon jumeau. On avait failli en arriver aux mains – il avait failli en arriver aux mains – mais notre relation de jumeaux m’a peut-être sauvé ce soir là.
Notre relation en avait pâti, notre complicité s’était estompée en partie ; j’étais mal à l’aise quand j’étais en compagnie de mon jumeau aussi. Malgré notre éloignement, j’avais tout fait pour nous réconcilier. Je savais qu’un jour ou l’autre, il me pardonnerait alors j’avais fait en sorte que ce jour arrive le plus rapidement possible.

Dix-sept ans. Tout allait pour le mieux pour ma famille : ma mère avait eu une promotion et était en quelques sortes la chef des infirmières de son service, mon père avait finalement accepté mon homosexualité – avec un peu de mal quand même – après que je lui en ais parlé à la demande de Roman. Et avec Roman, on avait retrouvé notre relation complice qui me manquait, qui nous manquait. J’avais pourtant appris à me méfier de l’eau qui dort comme on dit. Non pas que je pensais ne jamais pouvoir être heureux pour une période assez longue, mais quand même. Je profitais du moment présent comme si je devais mourir le lendemain. C’était pour cette raison que je continuais d’aller jouer les supporters aux matchs de Roman. Peut-être aurais-je dû me retenir le vingt-six mars, au final.

- T’inquiète m’man, j’ferais attention à Ro’ pendant la soirée. répondis-je à ma mère en descendant de la voiture.
- Prends soin de toi aussi d’accord ? lança-t-elle à son tour.

Je n’avais pas répondu oralement et lui avais seulement offert un sourire en guise d’approbation et un signe de la main en guise d’au-revoir. Je savais que si je lui répondais, elle resterait et je n’en avais pas envie. Franchement, à dix-sept ans, on a pas besoin d’avoir sa mère sur le dos pour aller à la patinoire pour voir un match de hockey entre mecs. Une fois la voiture partie, j’avais traversé tranquillement pour rejoindre la bande qui m’attendait. […] Le match s’était bien passé, l’équipe de Roman avait gagné et à présent, la fête battait son plein. Alcool, cigarettes, substances illicites, tout y passait. Mais, on est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. A un moment, un mec avait cherché un de nos amis qui n’avait pas réfléchi avant de répondre violemment à ses attaques – alcool, quand tu nous tiens.. – je l’avais donc rapidement emmené dans la rue, histoire de le calmer. Roman était censé nous rejoindre, ce qu’il fit. Un peu trop tard peut-être. J’essayais de suivre mon ami pour le ramener vers la maison où nous étions, mais il ne voulait rien comprendre, voulant sûrement essayer de rentrer chez lui. Après deux ou trois minutes, j’avais réussi à lui faire entendre raison, mais à quel prix ? Alors que je l’aidais à marcher pour lui éviter de se vautrer au milieu de la route, une voiture arriva sur nous. Mon premier réflexe fut de pousser l’autre le plus fort possible. Qu’il se casse le bras s’il le voulait, mais qu’il ne crève pas sous ma responsabilité. Et là.. Un cri, un crissement de pneu, un choc et plus rien.
J’ai appris à mon réveil qu’une des personnes présente à la fête avait pris sa voiture pour rentrer chez elle, malgré son taux d’alcool dans le sang, et qu’elle n’avait pas réussi à m’éviter. Pire encore, j’ai appris aussi que j’étais resté trois jours dans le coma suite à un traumatisme crânien. Cool. Super même. J’avais eu d’autres blessures, évidemment, mais je crois que mon traumatisme est ce qui m’a le plus gâché la vie. Ca craint de ne pas reconnaitre sa mère ou son père. Ca craint d’oublier tout et n’importe quoi.

De retour chez nous, j’avais dû me réhabituer à pas mal de choses, j’avais dû abandonner mon projet professionnel suite à des problèmes de mémoire des plus perturbants. D’accord, ils m’ont proposé un poste, mais franchement, j’avais besoin de souffler.

Dix-neuf ans. J’ai quitté Petropavlovsk-Kamtchatski après avoir fait comprendre à Roman qu’il n’était pour rien dans mon accident, qu’il pouvait continuer sa vie pour lui. Je suis tombé un peu par hasard sur cette île aux hybrides étranges, mais je m’y suis habitué, c’est amusant en fait, ces bestioles. Et puis.. J’ai trouvé un job dans la danse, c’est spécial, soit, c’est du striptease après tout, mais j’ai réussi à m’arranger pour ne pas avoir de chorégraphie fixe alors je peux m’exprimer à travers cette forme de danse, et vivre ma vie comme je le sens.




Votre définition d'un hybride

Mmh.. Un hybride ? C'est assez dur de définir ça comme ça. Ca dépend de leur caractère je suppose. Ca peut être une peluche toute docile, mais absolument pas drôle ni intéressante, comme être tout l'inverse. Mais c'est de la compagnie avant tout je trouve ~






Et derrière l'écran ?
    PSEUDO : Khaleria
    ÂGE : 20 ans
    COMMENT T'ES ARRIVE LA ? DC ~
    AVIS SUR LE FORUM : Il est toujours aussi bien '-'




Code by (c) Dey


Dernière édition par Aleksi Nichoevich le Jeu 13 Juin - 16:51, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 681
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 22




MessageSujet: Re: ALEKSI ∞ dancing 'till dawn   Ven 7 Juin - 11:01

Re-Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche ^^

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 15
Date d'inscription : 06/06/2013




MessageSujet: Re: ALEKSI ∞ dancing 'till dawn   Jeu 13 Juin - 11:13

Merci ♥
Edit : j'ai un petit problème .w. J'ai bientôt fini mon histoire et tout et tout, mais dès que j'édite mon premier message, j'ai la fonction "overflow" du code qui plante complet, ce qui fait que le physique et le caractère passe au-dessus de l'histoire et c'est donc illisible. Help ? .w. (et des cadres noirs horribles se rajoutent, mais je suppose qu'il faut remercier la nouvelle version de FA ._.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 218
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 23




MessageSujet: Re: ALEKSI ∞ dancing 'till dawn   Jeu 13 Juin - 13:30

Je me permets de venir poster une petite citation provenant de mon forum pour t'expliquer la situation.


Citation :
Désormais, on peut voir le rendu de notre message directement en le tapant, sans avoir à prévisualiser, le soucis est que cette fonction de prend pas en compte certains codes. Pour y remédier, il faut remettre le code en place (je te conseille d'enregistrer les parties de ta fiche et les recoller sur un code tout neuf), mais avant ça, il faut que tu appuies sur cet icône qui te permettra de ne plus avoir de problème. Voilà voilà. ♥

_________________


Like a boss. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 15
Date d'inscription : 06/06/2013




MessageSujet: Re: ALEKSI ∞ dancing 'till dawn   Jeu 13 Juin - 13:45

Merci pour le conseil ♥
Je vais essayer, en espérant que ça marche ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 681
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 22




MessageSujet: Re: ALEKSI ∞ dancing 'till dawn   Sam 15 Juin - 8:50

J'adoreeeeeeeeeee.

Je peux dire que je te valide *_*

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALEKSI ∞ dancing 'till dawn   Aujourd'hui à 17:32

Revenir en haut Aller en bas
 

ALEKSI ∞ dancing 'till dawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» From Dusk Till Dawn [PV Mü - Shion - Ahina - Alucar]
» Dawn Of War II
» Dawn of war 2 Retribution
» Nouvelle extension de Dawn of war 2
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko no Shima :: 
Les Archives
 :: Archives :: Présentations refusées
-