AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum en cour de refonte

 

 Lawrence Dukaën

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Newbie
Messages : 38
Date d'inscription : 24/04/2013




MessageSujet: Lawrence Dukaën    Mer 1 Mai - 4:22



Lawrence Alfried Dukaën



Qui es-tu ?


    NOM : Dukaën
    PRÉNOM : Lawrence
    ÂGE : 24 ans
    SEXE : Homme
    STATUT : Odieux
    ORIENTATION SEXUELLE : Bi
    MÉTIER : Caissier dans une supérette. éè
    NATIONALITÉ : Anglais





Physique

D’aspect général, Lauwrence est un jeune homme on ne peut plus normal et très bien dans sa peau. Enfin, vous me direz qu’il est rare pour un homme d’avoir des complexes sur son corps, mais ça peut arriver... Pour certaines... Parties.

Ce n’est pas le cas du Gallois. Il a hérité de la grande carrure de son père et des yeux de sa mère, dit-on. Haut de plus d’un mètre quatre vingt cinq, il se distingue par sa fine ossature et surtout ses cheveux disons... Atypiques...

Il a une démarche très assurée, peut-être un peu trop, mais ça évite qu’on vienne lui chercher des histoires. Son vissage lisse est souvent teinté d’une expression impassible et froide. Ses escapades sur les plages de Californie lui ont permit d’avoir le teint mâte à une époque, mais depuis son arrivé sur l’île, il n’as plus eu le temps de se faire dorer au soleil. Sa couleur d’origine,beaucoup plus pâle, ne l’enchante gère, mais on fait avec.

Revenons donc à ses cheveux si particuliers qui lui arrivent en bas du dos quand même . Ils sont décolorés, car évidemment, Lawrence n’a pas des cheveux blonds patines de base. Ils sont ordinairement noirs et jamais ils n’avaient été si longs. Pourquoi les avoir laissé pousser autant ? Et bien déjà parce qu’il a la flemme de les couper, qu’il le ferait mal et qu’il n’aimait pas les coiffeurs. Bon et parce que ça lui donnait un certain... Style. Ils sont assez lisses naturellement, mais il prend quand même le temps de s’en occuper chaque matin avant d’aller bosser et se fait des shampoings de temps en temps. Enfin, c’est plutôt sa voisine, quand elle trouve qu’il ne prend pas assez soin de sa tignasse (elle fait sûrement une fixation, que voulez-vous) et il ne peut pas lui dire non, mais son regard en dit long sur ses sentiments. De toute façon, même en le mettant à la porte vingt fois de suite, elle revient toujours à la charge en lui passant de la pommade. Comme Lau’ aime que l’on flatte son égo, il fini toujours par céder.

Je disais plus haut qu’il a les yeux de sa mère, et bien, ce n’est pas tout à fait vrai. Ils sont très petits et ont cette couleur azur que l’on pourrait envier, mais comparé à sa mère, son regard manque vraiment de profondeur et de douceur. Il dévisage souvent les autres avec mépris. Autant vous dire que cela lui pose de gros problèmes surtout dans son environnement professionnel, d’où la nécessité pour lui de souvent changer de boulot, soit parce qu’il s’est fait viré, soit parce qu’on aura demandé sa démission.

Les yeux ne font pas tout, bien sûr, mais d’un simple regard, vous pouvez savoir s’il vous laissera tranquille ou vous cassera la figure dès que l’occasion se présentera.

La première impression (avec lui) est souvent la bonne. Fiez-vous à votre instinct -de survie.

Pour continuer dans la description, son nez est pointu et de taille normal, pas de quoi s’y attarder. Ses lèvres sont aussi très fines et abritent deux rangées de dents saines et bien entretenues. Rien à signaler du côté de ses joues, qui ne rougissent quasiment jamais, ni de son menton ovale.

Passons au reste du corps. Il ne pratique plus énormément de sport, ce qui fait que ses membres se sont peu «ramollis ». Ses épaules ne sont plus aussi larges, ses bras ne sont plus aussi musclés et ne parlons pas de ses jambes qui ont pratiquement perdu toute leur souplesse...

Il a la malchance en plus d’avoir de très grandes mains, ce qui n’est pas pratique pour attraper de petits objets. Il est très maladroit et pas très habille. Au passage, il est gaucher. Ceci dit, il est très bon bricoleur et a pratiqué l’escrime et la natation durant son adolescence, ce qui fait de lui un excellent nageur et un bon épéiste.

Concernant sa garde robe, il ne possède pas beaucoup de vêtements chics et se contente des articles soldés ou bon marché. C’est à dire quelques jeans, des baskets de fausse marque, des t-shirt ou pulls pour la plupart très foncé, ou au contraire très clairs. Mais il n’aime pas les couleurs trop flash. Un polo gris, un pantalon noir et des chaussures assorties feront parfaitement l’affaire. Il ne quitte pas sa fidèle montre qui lui serre le poignet droit et sa chaîne en argent, dernier cadeau d’anniversaire de sa mère.

Sinon, aucun signe particulier, ni piercing, ni tatouage, ni tâche de naissance, cicatrice ou boutons. Côté pilosité, on a vu bien pire.

On ne peut pas dire qu’il prenne grand soin de son physique, mais il ne se laisse pas non plus aller.

Pour finir, sa voix est plutôt grave et ne change pas des masses quand il se met en colère. Il chante très mal, surtout avec un accent gallois, je vous laisse imaginer le désastre...



Mental

Lawrence a eu une éducation à l’anglaise, avec des valeurs qui lui serviront toute sa vie... Non je déconne. A vrai dire, il n’écoutait pas souvent ses parents et possède un vrai caractère de cochon. On lui reprochait souvent son manque d’humilité et son agressivité. Il ne l’a jamais fait exprès. Enfant, il eut l’habitude d’être gâté par sa mère, son père n’était évidement pas pour autant de dépenses, étant donné leurs peu de moyens, mais la mère tenait à donner le meilleur à son fils. Ce qui fini par se retourner contre elle. Dès qu’il n’avait pas ce qu’il voulait, Lawrence piquait d’horribles crises de colère et se mettait à insulter ses parents et à menacer de faire une bêtise ou de fuguer. C’est là que les problèmes commencèrent. Durant son adolescence, Lawrence enchaînait les bêtises, ne s’intéressaient à rien d’autre que faire chier son petit monde. Cela n’a pas changé à l’âge adulte. Je me demande même s’il a évolué d’un poil.

Finalement, on a jamais su si l’Européen avait quelques capacités intellectuelles, puisqu’il faisait tout pour s’auto saboter. Il est ce qu’on appelle généralement un « branleur » et un « petit con ». Les conciliations et les compromis, il ne connaît pas. S’il veut quelque chose, il l’obtiendra de la manière qu’il le veut, en ne suivant aucun conseil. Il tolère mal les suggestions, quand il ne demande pas l’avis des autres et peut se montrer très agressif quand quelque chose le dérange ou qu’il est soumis à une pression trop forte. Attention, par pression forte, j’entends un petit mot de travers.

Il a du mal à gérer ses émotions et celles-ci lui pourrissent la vie. Surtout qu’il a tendance à juger très vite et rester sur sa première impression. Il a une fierté plus grosse qu’une baleine. Essayer de le convaincre de quelque chose vous fera perdre un temps précieux. Il n’écoute que sa propre voix, mais rassurez-vous, comme tout être humain qui se respecte, il possède une conscience. Sauf que, allez lui demander de s’excuser. Il n’a presque jamais présenter d’excuses de sa vie et lorsqu’il s’agit de reconnaître ses torts ou d’exprimer ses sentiments les plus profonds, monsieur se met à bafouiller, à chercher ses mots et parfois à sortir des mots hors sujets.

Malgré tout, ce n’est pas parce qu’il est plutôt instable qu’il ne possède pas quelques qualités. Son sens aigu de la justice par exemple. Ce n’est pas qu’il aime défendre les autres, il est rare de le voir s’impliquer dans les affaires d’autrui, mais il est possible qu’il prenne parti. Il adore ça, prendre parti. C’est mieux que de rester neutre, les gens neutres sont ceux qui s’en prennent toujours plein la figure. Il vaut mieux être d’un côté et qu’au moins une personne vous accepte, plutôt que d’être rejeté et agressé par les deux côtés. Là, il vous est plus dur de vous en sortir. Comme quoi, ça cogite dans cette petite tête !

Et oui, Lau peut faire preuve d’ingéniosité dans ses meilleurs jours. Dans les pires aussi, ceci dit. Il ne cherche pas la gloire, l’argent, la reconnaissance ou quoi que ce soit. Il aspire à une vie qui lui correspond. C’est à dire, une vie ou il pourrait s’embrouiller et défoncer les types qui auraient voulu lui piquer son téléphone et tuer toute leur famille sans risquer de faire de la prison à vie. Une vie ou tous les soirs, une femme ou un homme différent l’attendrait dans sa chambre et lui servirait son dîner vêtu(e) d’un tablier sans rien en dessous. (Quoi?! Chacun ses fantasmes!).

En général, Lawrence s’adresse aux autres sur un ton autoritaire, sauf lorsqu’il s’agit d’un supérieur hiérarchique. Il respecte un minimum les règles, tant que ça ne dépasse pas ses propres limites et autant dire qu’il est plutôt aisé de les dépasser... Et je ne vous conseille pas d’être à côté quand ça explose : des cris, parfois des coups ou des trucs qui volent... La colère d’un homme peut aller très loin.

Inutile de préciser qu’il a du mal à nouer de vraies relations, ce n’est pas pour autant qu’il ne s’attache pas, mais il est devenu difficile pour lui de considérer quelqu’un comme son ami. Le mot amitié a pour lui un sens particulier, tout comme l’amour, a ne pas donner au premier venu. Il part du principe que l’amour ou l’amitié doit toujours se situer au même niveau entre deux personnes et qu’ils doivent commencer par accepter l’autre tel qu’il est. Mais, sincèrement, entre nous, qui accepterait un homme tel que Lawrence ? Trop de problèmes, impossible d’avoir une conversation concise et logique, aucune chance de le voir exprimer ses sentiments, par contre vous verrez sans doute les flics rappliquer plus d’une fois et devrez changer la serrure de votre porte si jamais vous décidiez de le trahir ou de le quitter... Tout dans l’extrême, faudra vous y faire.

En plus de ça, Lau’ n’est pas du genre à ramper si jamais vous ne lui adressez plus la parole. Après vous avoir gentiment agresser verbalement -sous entendu « j’essaie de comprendre ce qui ne va pas chez toi »-, il vous rayera de sa liste de contacts et si vous tentez de le recontacter, vous risquez fort de le regretter. Il est rare qu’il laisse une seconde chance à son prochain. Pourquoi pardonner alors que la même chose risque de se reproduire ?

Bizarrement, Lau’ est très organisé et gère parfaitement ses dépenses. Il ne fait jamais d’excès et est peut-être un peu radin sur les bords. Il possède une petite somme sur quelques comptes en épargne, qu’il ne compte toucher qu’en cas d’extrême urgence. Il lui arrive de se faire plaisir de temps en temps, en se payant des vacances ou des week-end dans son ancien pays de résidence, mais il y a longtemps qu’il n’y est pas retourné et les plages de Californie lui manquent. Il aimait y surfer, les paysages, les boutiques...

Il ne croit en rien en particulier. Les religions sont des foutaises pour lui, servant juste à faire s’entre tuer des gens et qu’il y ait encore plus de polémiques très compliquées. Il ne croit pas non plus à la à l’astrologie ou à d’autres « bêtises de charlatans ». Il n’y a aucune chance qu’il croit aux miracles. Qu’il y ai un destin ou non, ce n’est pas ça qui l’empêchera de fermer l’oeil. Par contre, il croit au "don" de voyance de certains... Ce qui l'a conduit ici.

En résumé, Lawrence est un gros dépravé, cynique, impoli, païen, infréquentable.

Vous savez tout, ou presque.
Je n’ai pas encore dévoilé ce que le jeune homme aime.

Faire : Du s*x*, du surf, la cuisine, le ménage (grand maniaque), de la moto, du sport en général (mais il n’en fait pratiquement plus), des problèmes, la morale, de l’humour totalement incompréhensible et inapproprié, crier etc...

Boire : Des boissons froides sauf les sodas, du thé vert, certains alcool forts...

Manger : Des plats très épicés, à base de riz et de légumes, des fruits exotiques, du pain complet, des chips saveur barbecue, de la viande carbonisée...

Couleurs : Noir, blanc, gris, vert, bleu foncé, marron, beige.

Regarder : Les étoiles, la télé, la mer, des bastons.

> Préfère les gros animaux aux petits.
> Fumeur occasionnel.
> Ne divulgue jamais ses informations personnelles ( Diplômes, âge, numéro de téléphone, statut social etc....).


Histoire


Lawrence est né à Cardiff, au Pays de Galles, lors d’un automne pluvieux. Il ne garde pas beaucoup de souvenirs de cette période, il n’a vécu quelques années en Grande Bretagne avant que ses parents ne déménagent aux États-Unis, car le père avait eut une promotion. Ils s’installèrent dans un petit appartement à de San Francisco, en Californie, mais Mr. Dukaën voyageait souvent pour se rendre en Floride. Quelques fois, il emmenait son fils lors des vacances scolaires. Lau’ a donc passé beaucoup de temps entre les plages de sable fin de Miami et le Golden Gate. Il eu une enfance totalement normale, si ce n’est les absences à répétition de son père, rien à signaler. Sa mère prenait grand soin de son éducation mais Lau' était un gamin turbulent avec quelques soucis de comportement. A l’école il se faisait souvent embêter, comme tout enfant qui se respecte, rendait coup par coup... Souvent un peu trop fort. Il restait souvent pendant les récréations pour copier ses lignes de punition en se promettant que, quand il serait adulte, il rendrait la monnaie de leur pièce à ses professeurs. Bien sûr, il n’en fit rien. Vous connaissez les enfants, toujours à s’inventer une vie...

Lau’ avait été très influencé par son addictions aux films et aux livres fantastiques, il se voyait toujours dans le rôle du méchant qui enlevait la belle princesse et faisait en sorte qu’elle soit à lui le reste de sa vie. Il essayait de reproduire le même schéma dans la réalité et s’était vite rendu compte que les méchants étaient tous nazes, mal aimés et que jamais il n’aurait la moindre chance avec une fille en la tirant par les cheveux pour l’enfermer dans les toilettes des garçons. C’était un jeu amusant au début, quand on avait des alliés sur qui compter et que la fille n’allait pas tout balancer aux professeurs. Il en suivit la convocation des parents mais sans son mari, la mère de Lawrence n’était vraiment pas effrayante, ni même un minimum sévère. Elle ne punissait que rarement son fils et lorsque c’était le cas, elle culpabilisait et revenait tout de suite le chercher.
Lau’ ne l’aidait pas en jouant sur la corde sensible : Pleurs, cris, paroles du genre « c’est de votre faute, je vois jamais papa, il me manque ». C’était à moitié vrai. Le père de Lau’ avait beau être son « papa chéri », lorsqu’il était présent, le fils unique n’osait même pas sortir un mot de travers. Il faut dire que le premier avait une puissante autorité et de très grandes mains.

Arrivé à l’adolescence, le garçon devint de plus en plus turbulent. Il essayait de ménager sa mère, puisque celle-ci, trop occupé par son propre travail, n’avait quasiment plus de temps pour son gosse.
Les relations entre elle et son mari s’étaient dégradées et ce dernier ne revenait que très rarement. Lawrence avait beau demander des explications, on lui répondait toujours que c’était une affaire de grandes personnes et que tout irait bien. Lorsqu’il eut 12 ans, ses parents divorcèrent. La mère eu la garde, mais Lawrence continuait à voir son père de temps en temps, lorsque celui-ci revenait en ville. Il avait fini par refaire sa vie avec une autre femme, en Floride. La nouvelle anéanti les deux ex-membres de la famille. Quelques années plus tard, la mère de Lawrence tomba malade, ce dernier se retrouvait alors à devoir aidé sa mère, lui qui l’avait pratiquement laissé tout faire seule devait prendre ses responsabilités.

Il n’était pas mauvais en cours, mais ne se donnait pas à fond non plus. Il faisait quelques activités sportives à côté, mais refusait de rejoindre le moindre club. Lorsqu’il eu 16 ans, il feuilleta les petites annonces et se trouva un job au noir, à mi-temps pour nettoyer les voitures. Sa mère n’était plus en état de travailler, alors tout était bon à prendre. Il cumula les petits boulots le soir et le week-end pour arrondir leurs fins de moi et demandait quelques fois de l’aide à son père, ce dernier lui envoyait un chèque une fois tous les deux mois, mais au bout de la 3ème année, Lawrence n’eut plus de nouvelles.

Quelques mois avant ses vingt ans, il apprit la mort de son père, par sa belle-mère. Il ne pu encaisser la nouvelle, surtout pour sa mère. Elle avait été guérit de son cancer quelques semaines avant et Lawrence ne voulait pas risquer une rechute brutale. Il inventa une excuse bidon comme quoi que son père était parti en voyage en Europe et qu’il n’avait pas annoncé la date de son retour. Elle cru naïvement son fils et se remit à travailler. Tout redevint normal... Ou presque. Le décès avait affecté Lawrence au plus au point, mais il prenait sur lui. Il devait rester fort, c’est ce qu’un homme faisait en toutes circonstances. Mais, sans son père, il avait perdu un pilier, un repère, quelque chose en lui s’était brisé. Il ne pu assister aux funérailles et demanda à sa belle-mère de ne plus jamais les contacter. La mère finie par se douter de quelque chose. Lawrence ne lui dit pas la vérité, il la laissa plutôt appeler la veuve et des crises de larmes s'en suivirent. En bon lâche, Lau' laissa sa mère seule avec sa tristesse et fit tout pour l'éviter jusqu'à qu'il puisse prendre son indépendance. Ils ne parlèrent jamais de ce qui était arrivé et c'était bien mieux comme cela.

Lau’ ne pu gérer son stress et devint totalement infecte avec les autres, rendant la terre entière responsable de la mort (pourtant naturelle - infarctus) de son géniteur.
Il commença à ne plus rentrer dormir à la maison, cet endroit le dégoûtait, tout ce qu’il voulait, c’était oublié tout ça, partir très loin et ne plus jamais revenir. Il ne voulait pas abandonner sa mère, mais il n’avait pas le choix. Il n’était plus lui-même et se sentait totalement dépassé. On apprend à lire, à écrire, à marcher, à faire du vélo, à nager, mais on apprend pas à supporter cette douleur, ce manque, ce vide que laisse le départ d’un être cher.

Quelques temps plus tard, il prit son indépendance et les choses se gâtèrent. En dehors de son travail, rien ne le raccrochait à la vie, ni aux autres. Il éprouvait du dégoût pour la race humaine. Alors au lieu de chercher du réconfort auprès des autres, il leur pourrissait la vie. Ses collègues de travail avaient parfois du mal à garder leur sang froid.

Lau’ avait la chance d’avoir une gueule passable, donc on lui laissait souvent des pour-boires et numéros de téléphone. Il passait son temps libre à rencontrer des gens, coucher avec, ne les revoyant que lorsqu’il voulait tirer un coup, mais aucune attache. Le jeune anglais n’est jamais tombé amoureux, il ne sait pas ce que cela signifie et ne veut certainement pas le savoir. La seule à réellement a voir toute son affection a été sa Daisy. Une chienne qu’il a gardé durant l’été de ses 18 ans, avec qui il faisait les quatre cent coups. Il eu du mal à s’en séparer et garde précieusement une photo d’elle et lui dans son porte monnaie et sur sa table de nuit.

Après avoir mis de côté assez d’argent pour le grand déménagement, il dit au revoir à sa patrie et se lança dans la quête d’une raison de vivre. Il entendit alors parler dans un vieux journal d’une île, qui ne semblait intéresser personne, mais ça l’intriguait. « Allons y faire un petit tour ». Se dit-il.

Et voilà qu’il y mettait les pieds, avec son gros sac à dos.

Il ne fut pas difficile de trouver du travail grâce à son CV, toutefois, il avait un peu mal avec ces créatures, mi humaines, mi animales. Enfin, il s’en foutait, après tout, il n’étais pas venu pour faire joujou avec des peluches. Il voulait découvrir tous les secrets de ce monde et commencer par avoir un point d’encrage.

Cette petite île reculée du monde semblait avoir des choses à lui révéler.
C’est ce qu’avait dit la voyante qu’il était allé voir avant d’avoir vu l’article.
Ok, il avait triché.
En réalité, il avait acheté le journal local après que cette vieille bique le lui ai … Suggéré ? Elle disait qu’il allait avoir un rôle important à jouer dans l’histoire, dans les années à venir.
Oui je sais, personne de normalement constitué ne croirait de telles absurdités, mais on parle de Lawrence. Elle avait saisit le personnage... Et son argent.
Puis l’avait certainement envoyé à une mort certaine... Ou pas.



Votre définition d'un hybride

Mh... Et bien, puisqu'on soulève le problème.. Il dirait sûrement quelque chose dans ce genre là:" Ces bestioles sont faites pour être laissées en cage. Comme s'il n'y avait pas déjà assez d'immondices sur Terre ! Déjà qu'on se marche dessus, il faut en plus qu'on nous rajoute des demies bêtes. Mais allô quoi!" (No il ne dirait pas le "allô" en fait bounce ).






Et derrière l'écran ?
    PSEUDO : Risa
    ÂGE : 24 ans
    COMMENT T'ES ARRIVE LA ? En jouant à « plouf plouf » sur l’annuaire des forums de F.A Very Happy
    AVIS SUR LE FORUM : Actif, très joli design, les parties du règlement sont assez courtes et simples, comparé à d’autres forums que j’ai vu ou il y avait une dizaine de sujets et je n’ai plus le courage d’en lire autant dans un règlement, donc tout va bien Smile





Code by (c) Dey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 21
Date d'inscription : 28/04/2013




MessageSujet: Re: Lawrence Dukaën    Mer 1 Mai - 10:11

Bienvenu a toi, en espérant que tu te plaises parmi nous ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: Lawrence Dukaën    Mer 1 Mai - 14:50

Welcome !

Bon RP !
Revenir en haut Aller en bas
Newbie
Messages : 478
Date d'inscription : 22/11/2011
Age : 24
Localisation : Chez moi? Ou chez toi?




MessageSujet: Re: Lawrence Dukaën    Mer 1 Mai - 18:07

Bienvenue parmi nous ~~
Je valide cette fichue magnifique.
Bon rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
Messages : 38
Date d'inscription : 24/04/2013




MessageSujet: Re: Lawrence Dukaën    Mer 1 Mai - 20:51

Merci à vous Smile

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lawrence Dukaën    Aujourd'hui à 3:18

Revenir en haut Aller en bas
 

Lawrence Dukaën

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko no Shima :: 
Les Archives
 :: Archives :: Présentations refusées
-